Partagez | 
 

 You're cold and I burn | Marlene Densen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: You're cold and I burn | Marlene Densen   Sam 3 Sep - 22:40


Lettres
avatar
Age may wrinkle the face, but lack of enthusiasm wrinkles the soul.
Don : Electrokinésie
Argent : 49
Messages : 53
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 22



Settle Down - The 1975

DENSEN Marlene


Portrait Chinois

Si tu étais...
Un animal : Un cygne
Une fleur : Un trèfle des prés
Un élément : l’Air
Une saison : L’automne
Une planète : Mercure
Une pierre précieuse : Une opale de feu
Une ville : Copenhague
Une couleur : Le rouge
Un objet : Un appareil photo
Un dessin animé : HTTYD
Une créature légendaire : Une sirène
Un fruit : Une grenade
Une odeur : L’odeur de biscuit aux beurres avec une pointe d’iode
Un bruit : Le bruit des vagues qui s’écrasent  avec régularité contre les rochers
Un plat : Le risalamande
Un personnage historique : Caroline-Mathilde de Hanovre
Descriptions

     Vous avez sans doute déjà croisé Marlene. Il vous suffit de regarder par la vitrine du Coffee Lab et d’aviser la forme avachie sur sa tasse de café, comme si elle portait le poids du monde - ce n’est en réalité qu’un lundi matin de plus pour la Danoise. Elle s’étire pour chasser la somnolence et vous pouvez constater qu’elle est longue, et que ses membres, notamment ses jambes, sont tonifiés par de l’exercice régulier. Son corps, recouvert de taches de rousseur - ou “cacas de mouche” comme elle disait enfant - de la tête aux pieds, Marlene l’affectionne plus ou moins ; elle aura toujours une légère amertume vis-à-vis de sa puberté qui a complètement délaissé sa poitrine, mais qui a en revanche donné des formes alléchantes à ses hanches et ses fesses. Elle ne vous le dira pas, mais vous vous en rendrez sans doute compte au premier coup de frais ; elle n’est pas vraiment une adepte des soutien-gorges et ses tétons sont piercés, petite fantaisie pour agrémenter son A négatif.

     Elle se passe une main dans les cheveux, un tic qu’elle a depuis l’enfance, et empoigne sa tasse de café - sans doute n’est-ce pas la première qu’elle boit depuis son arrivée en ce lieu plus tôt dans la matinée.
Parlons-en, de ses cheveux ; ils tiennent de la crinière. Elle ne les coiffe pas vraiment, sauf lorsqu’ils sont réellement indomptables à son lever, et en ce cas là elle les tresserra pour les discipliner. Ils sont doux, et d’une couleur blond vénitien tout aussi douce, et tombent dans une cascade de boucles souples effleurant sa mâchoire.

     Ses doigts fins fouillent dans le sac en bandoulière qu’elle porte toujours à son flanc, dans un style un peu bohème, travaillé mais pas trop, comme le reste de ses vêtements, et en sort un livre, qu’elle dépose sur sa table. Elle caresse les vieilles pages quelques instants et ses yeux papillonnent sur les lignes. Ils sont expressifs de façon qu’ils portent bien leur surnom de fenêtre de l’âme, et d’un bleu qui rappelle l’océan. Ses longs cils blonds lui donnent des airs de biche - tout du moins lorsqu’elle est bien réveillée et qu’ils ne sont pas cernés par son manque de sommeil. Ses sourcils, assez épais, se froncent lorsqu’elle bute sur une phrase qu’elle a lu sans vraiment la voir, et elle recommence. Elle tient le livre ouvert d’une main et reprend une gorgée de son café. Elle fronce petit son nez, assez droit et fin, lorsqu’elle réalise que le café est toujours trop chaud, et l’écarte de ses pauvres lèvres brûlées. Elles sont pleines, et rougies par la chaleur de son breuvage et par l’usure ; il faut dire qu’elle les mord souvent, sans même s’en rendre compte. Elle souffle doucement dessus et tente à nouveau de le boire, avec beaucoup plus de succès cette fois. Elle finit par remarquer votre regard et vous sourit ; c’est aussi simple que ça, avec elle.

     Mais si vous avez déjà rencontré Marlene, vous n’avez sans doute pas seulement retenu son apparence. Il faut dire qu’elle est dotée d’une personnalité assez marquée, mais heureusement, le plus souvent chaleureuse. Elle est de nature optimiste et tentera toujours de trouver le mot gentil, n’étant pas avare de compliments. Elle parle souvent sur le ton de l’humour, qui est le plus souvent grivois, et essaiera par tous les moyens de remonter le moral des personnes qui l’entourent. C’est souvent plus fort qu’elle, elle est protectrice et vaguement collante si on la laisse prendre ses aises. La Danoise aime croquer la vie ; bonne vivante, elle apprécie tout autant la bonne nourriture et la boisson que les fêtes que les aventures d’un soir qu’elle multiplie sans trop se poser de questions. Si elle offre facilement son amitié, son coeur est plus difficile à atteindre pour la simple et bonne raison qu’il a déjà été brisé par le passé et que l’idée de l’engagement la terrifie. C’est pour elle synonyme d’entraves à sa liberté et d’ennui et Marlene déteste s’ennuyer, sa capacité de concentration et sa patience étant assez limitées, d’autant plus si elle fait quelque chose qui ne l’intéresse pas. C’est cependant une rêveuse dont le regard se perd régulièrement dans le vide, ou plutôt un monde invisible aux yeux des autres. Au fond d’elle, elle n’a jamais vraiment grandi et reste une grande enfant.

     Si la Danoise est globalement une personne joyeuse, extravertie et assez agréable, ses sautes d’humeur en sont d’autant plus redoutables. Son ego est assez développé et elle s’en vexe d’autant plus facilement, et elle a malheureusement la rancune tenace, traduisant son obstination. L’énerver est assez aisé et elle a tendance à taper avant de réfléchir à la conséquence de son acte. Son parlé trop franc combiné à une légère mauvaise foi (notamment en matière de sentiments) lui a aussi valu quelques problèmes, tout comme sa vilaine habitude de tout repousser à la dernière minute. Ne vous y méprenez pas ; si ses notes sont moyennes, ce n’est pas parce qu’elle est stupide, bien au contraire, son esprit est vif ; sa motivation l’est juste un peu moins.

Histoire

Clic.
     Marlene articula l’onomatopée en même temps que le son se produisit, par habitude, peut-être par enfantillage, faisant claquer sa langue avec délice tandis que le cliché s’imprimait sur le papier de son Polaroid. Elle le secoua, le contempla quelques instants avec le sourire satisfait d’une artiste qui a achevé son oeuvre et le rangea soigneusement dans son sac avec le reste de ses affaires.

     Des clichés pris sur le vif comme ceux-là, Marlene en avait des dizaines sur le mur de sa chambre ; celle de Copenhague, au domicile familial, comme celle du campus. Bien entendu les sujets des photographies diffèrent d’une chambre à l’autre, et ainsi la plus vieille que Marlene ait en sa possession, restée à Copenhague, a été prise par sa mère, dont elle a hérité l’appareil photo qu’elle porte en permanence autour du cou. Sur ce cliché, la Danoise a quelques jours et barbote dans son bain d’un air ravi ; il faut dire que bien que tête en l’air, la blonde a toujours eu les pieds dans l’eau telle une vraie sirène.
Raconter qu’elle est née un 5 juin et qu’elle était une petite fille joufflue, maladroite, têtue, curieuse, vive et enjouée ne serait cependant peut-être pas le plus intéressant.

      Non, il vaudrait mieux passer au cliché suivant, celui où elle arbore fièrement le tablier de pâtissier de son père, perchée sur un tabouret pour atteindre le plan de travail du haut de ses quatre ans. Marlene était persuadée que la chaleur des fours de la pâtisserie de son père se propageait toujours à travers tout son corps dans une vague de bien-être et d’affection lorsqu’elle se surprenait à songer à leurs moments de complicité. Son enfance était simple, peut-être pas royale mais elle était en tout cas la princesse unique de ses parents et elle n’avait pas souvenir d’avoir un jour manqué de quoi que ce soit malgré les difficultés financières de la classe moyenne.
Les photographies suivantes sont celles de vacances dans la neige, de poses plus ou moins idiotes prises aux côtés de la Petite Sirène, de poses définitivement idiotes auprès d’amis au collège puis au lycée. Marlene se souvient s’être vue grandir et grandir sans jamais avoir pris de poitrine et avoir désespéré ; elle se souvient de ses premiers petits-copains, de ses premières petites-copines, de ses chagrins d’amour et de Berwald, son ours, qui avait supporté vaillamment et patiemment chacune de ses crises de larmes et de ses soirées presque boulimiques à s’enfiler pot de glace sur pot de glace pour panser les blessures de son âme et son coeur meurtris. A faire confiance trop facilement, elle s’offrait tout entière trop rapidement, et le fait d’être abandonnée et trahie lui paraissait de plus en plus douloureux et insupportable, à tel point que la Danoise a préféré devenir bourreau des coeurs plutôt que de devoir ramasser le sien à la petite cuillère à nouveau.

     Les photographies plus récentes sont quant à elles exposées sur le mur de sa chambre universitaire. L’une d’entre elles est celle prise à l’aéroport, le jour de son départ pour Wellington. Marlene avait toujours eu un goût pour l’aventure à force d’en lire dans les livres, et elle était persuadée que la diversité de ce monde serait l’une des plus belles qu’elle pourrait jamais vivre - quoi de mieux qu’un pays géographiquement à l’opposé du sien pour cela ?

     Plongée dans ses souvenirs, la Danoise n’avait pas vu qu’elle était déjà arrivée à destination. Avec un sourire, elle poussa la porte du Coffee Lab, en songeant que sa place était peut-être bien ici, à l’autre bout du monde, mais toujours la tête dans les étoiles et les pieds dans l’eau.

Identité

Age : 21 ans
Nationalité : Danoise
Situation familiale : Disons moyenne haute - juste assez pour lui payer des études à l’étranger mais elle est quand même boursière et obligée de bosser dans une librairie du coin
Lieu de naissance : Copenhague
Date de naissance : 05 juin 1995
Faculté : Lettres
Café ou thé (ou chocolat chaud) ? : Café, définitivement café.
Objet fétiche : Une peluche d’ours Ikea™ nommée Berwald
Situation scolaire (plutôt bon élève ou pas) : Bonne lorsqu’elle s’en donne les moyens #feignasse
Profession des parents : Papa pâtissier, maman photographe.
Profession envisagée plus tard : Hésite entre le journalisme et l’édition.
Clubs (max 2) : Photographie
Partie du personnel ? : Nope

Derrière l'écran

Pseudo : Kikki-Danette
Age : 17 presque et demi. :B
Ou tu as trouvé ce charmant forum ? Démarchage par Skype *fixe Léa*
Code du règlement : Je suis un kiwi
Un petit mot en plus ? : ceci est un testigueule 3:D Vous saviez que le sex appeal danois vous manquait cruellement sur ce forum. No worries, je suis là. B)



Dernière édition par Marlene Densen le Dim 4 Sep - 21:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aphdanette.tumblr.com
MessageSujet: Re: You're cold and I burn | Marlene Densen   Dim 4 Sep - 14:32


Biologie
avatar
Argent : 16
Messages : 11
Date d'inscription : 02/09/2016

Caroline-Mathilde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're cold and I burn | Marlene Densen   Dim 4 Sep - 21:32


Personnel
avatar
Heyheyhey
Messages : 60
Date d'inscription : 06/04/2012
Alea jacta est


Validée

Félicitations pour avoit tout terminé !
Bon on te prend pas par la main tu connais la maison, paperasse, liens, chambre, aller aller ! Surtout oublies pas de t'amuser avec tout ça.

Bienvenue parmi les nombreux albatros !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecoffeelab.forum-canada.com
MessageSujet: Re: You're cold and I burn | Marlene Densen   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

You're cold and I burn | Marlene Densen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin
» Apsoline | It's too cold tonight, for angels to fly. (TERMINÉE)
» It's too cold outside for angels to fly [PV Gryfi] || Fini ♪
» Cold war Commander

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Coffee Lab :: Administration :: Présentations :: Présentations validées-